Impact des Oméga-3 sur la santé

Une étude publiée le 12 septembre 2012 et relayée dans la presse et à la télévision  (journal de France 2 à 20 heures) sème le doute concernant l’intérêt des oméga 3 dans la protection des maladies Cardio-Vasculaires. Cette étude conclut que la supplémentation en omega-3 n’est pas associée à un risque plus faible de décès cardiaques, ou d’accident vasculaire cérébral. (AVC) : http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1357266) L’action des omega-3 sur la santé est controversée. En effet, certaines études mettent en évidence un bénéfice de la consommation de poissons gras (riche en oméga 3 : EPA, DHA) sur le risque de maladies cardio-vasculaires, alors que d’autres études ne trouvent pas d’effet significatif. Ces résultats contradictoires peuvent s’expliquer par la méthodologie des études, par exemple :

  • la définition des groupes dans lesquels on peut trouver de grands consommateurs de poisson. De ce fait, lorsque le groupe expérimental reçoit un supplément en oméga 3 (AGPI n-3 : Acide Gras Poly Insaturé), la dose additionnelle n’est alors pas accompagnée d’un bénéfice cardiaque observable car le seuil maximal de protection est déjà atteint.
  • les critères choisis pour établir un cas de mort subite et la méthodologie utilisée pour évaluer le poisson réellement consommé.
  •  Par ailleurs, il importe de considérer si les sujets des groupes sont déjà traités par un traitement allopathique ce qui peut expliquer l’absence d’effet « supplémentaire » des oméga-3.

Il faut retenir comme règle générale qu’il faut garder un œil  critique avec les résultats de toutes études. Il faut se poser les questions suivantes: qui les fait ? pour qui ? qui finance ? quelle est la méthodologie ? Nous savons depuis longtemps que les acides gras poly–insaturés (AGPI), dont la famille des oméga 3 fait partie, sont indispensables à la vie et à notre santé (ils sont dits essentiels) et doivent être apportés par l’alimentation tous les jours car l’Homme ne les synthétise pas. Ces AGPI sont impliqués dans la fluidité des membranes des cellules, dans le développement du système nerveux, dans la régulation des processus inflammatoires, du système immunitaire, dans la contraction et le relâchement des muscles lisses (cœur)… etc Les oméga 3 se trouvent naturellement dans les aliments non transformés que l’Homme de croc magnon trouvait aisément comme les végétaux et le poisson sauvage. L’Homme d’aujourd’hui doit privilégier les apports alimentaires suivants pour y trouver des omega-3:

  • les huiles végétales vierges et de première pression à froid (Colza, Noix, Lin, Cameline, Chanvre, Bourrache, pépins de Courge…). Les molécules de ces Acides Gras Essentielles sont fragiles et ne supportent ni la chaleur (donc pas de cuisson et à conserver au frais), ni l’oxygène, ni la lumière (choisir des verres opaques). Utilisation recommandée : Mélanger l’huile de votre choix avec de l’huile d’olive et alterner les huiles. 3 cuillères à soupe d’huile végétale crue par jour par personne dans vos salades, légumes…
  • les aliments oléagineux crus (amande, noisette, noix…)
  • les végétaux (mâche, chou, laitue…)
  • les poissons gras (saumon, flétan, sardine, maquereau, hareng, anchois …)
  • les algues de l’océan…

Si vous consommez ces aliments tous les jours, vous préservez votre santé. Toute supplémentation doit se faire dans un cadre précis sur avis d’un spécialiste.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 14 =