Archives de la Catégorie : Alimentation

calendrier, recette,

Trucs et astuces repas de fêtes

Conseils pour les repas de fêtes

Nous voulons tous profiter des repas de fête sans culpabilité et en limitant les désagréments des excès. Les repas festifs sont souvent copieux, riches en graisse, en sucre. Ces excès sont parfois difficiles à digérer et peuvent provoquer un mal-être avec une digestion lourde, des coups de pompes, des nausées, voire des douleurs (brûlures d’estomac, migraines…)

Tout excès demande au corps de réagir rapidement et efficacement, pour cela il importe d’avoir une bonne vitalité et d’être reposé. Cela se prépare au long cours bien sûr, par une bonne hygiène de vie mais il existe quelques trucs et astuces avant, pendant et après les repas de fêtes pour une meilleure digestion.

Avant les fêtes : le repos digestif

  • Mangez léger et équilibré en privilégiant les légumes (crus et cuits à la vapeur pour préserver leurs qualités nutritionnelles).
  • Evitez l’alcool
  • Supprimez les charcuteries, les gâteaux, les fritures, les plats en sauces.
  • N’arrivez pas « affamé » pour vous jeter sur les gâteaux d’apéritif, mangez une pomme si vous avez faim avant

 Pendant le repas de fête : se faire plaisir en s’écoutant

  • Respectez vos capacités digestives : Prenez des petites quantités mais profitez-en pleinement
  • Prenez des enzymes digestives si vous avez déjà tendance à mal digérer (à base d’ananas (bromélaïne), de papaye (papaïne) et autres enzymes que vous trouverez en magasin bio)
  • A l’apéritif préférez les olives, radis, ou bâtonnet de carottes aux chips et gâteaux apéritif industriels gras et salés
  • Préférez une coupe de champagne ou un verre de vin aux alcools forts et sucrés
  • Favorisez les légumes (Dinde + purée de céleri/carottes/marron, haricots verts par exemple)
  • Notez que les huitres sont très peu caloriques et riches en vitamines, minéraux et protéines
  • Privilégiez le pain semi complet riche en fibre plutôt que le pain blanc qui a un indice glycémique élevé
  • Evitez de rajouter du beurre ou de la mayonnaise
  • Mastiquer pour faciliter la digestion, vous mangerez moins car vous serrez plus vite rassasié
  • Buvez de l’eau, en intercalant un verre d’eau un verre de vin
  • Renoncez au café de la fin du repas et préférez une infusion digestive
  • Durant le repas, vous pouvez prendre de la chlorophylle pour absorber l’alcool
  • ou après le repas, du radis noir pour favoriser la détox hépatique
  • Avant de vous coucher, le Charbon Végétal est aussi intéressant (en poudre 1cuillère à soupe ou 2 gélules) pour absorber les graisses et l’alcool (ATTENTION  cependant car le charbon végétal annule les effets des médicaments)

Après les fêtes : récupérez, éliminez et allégez les repas suivants

  • Le lendemain au réveil, prenez un jus de citron dans un verre d’eau tiède, à jeun,
  • Si vous avez trop bu, prenez 1 cuillère à soupe d’huile d’olive mélangée à un jus de citron
  • Buvez de l’eau tout au long de la journée car l’alcool déshydrate
  • Prenez des fruits et légumes riches en vitamines, minéraux et fibres utiles pour le transit intestinal.
  • Bougez : allez marcher au minimum 40 minutes
  • Prenez des plantes bio drainantes et détoxifiantes en tisane : romarin, fumeterre, artichaut, aubier de tilleul, pissenlit, reine des prés …

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.sandrinehatonnaturopathe.com/trucs-astuces-repas-festif/

Légumineuses ou légumes sec

LES LEGUMINEUSES ou LEGUMES SEC

légumineuses 2016

Qui sont-elles ?

Les légumineuses ont constitué l’alimentation de base de nombreuses civilisations depuis des millénaires.

Les fèves, les haricots (blancs, rouges, flageolet, mungo, soja…), les lentilles (vertes, brunes, corail, …) les pois (chiche, cassés, petits pois..) … et les arachides appartiennent à la grande famille des légumineuses.

Souvent appelé légumes secs, elles peuvent être parfois consommées fraiches selon la saison (petit pois, haricot blanc, fèves …),

2016 est l’année internationale des légumineuses proclamé par la FAO (organisation des nations unis pour l’alimentation et l’agriculture)

 

10 bonnes raisons de manger des légumineuses  ou légumes secs

  1. Riches en minéraux (fer, calcium, magnésium, zinc, manganèse, potassium, phosphore, sélénium…)
  2. Riches en vitamines (B1, B2, B3, B9, E…)
  3. Riches en protéines : Excellente alternative aux protéines animales en les associant aux céréales
  4. Riches en fibres (pour la régulation du transit intestinal, et la sensation de satiété)
  5. Pauvres en calories
  6. Pauvres en matières grasses, sans acide gras saturé, sans cholestérol
  7. Faible teneur en sodium
  8. Faible indice glycémique
  9. Bon marché en BIO
  10. Bon pour la planète : fertilisent naturellement les sols, économisent des surfaces cultivables et de l’énergie.

 

 

Les légumineuses ou légumes sec: un atout santé

Elles sont riches en nutriments sains : en macro-nutriments (protéine, fibres…) les légumineuses sont petites mais denses en protéines, dans des proportions semblables (environ 20 % 30% de protéines), et en micro-nutriments (vitamines et minéraux) dont la teneur peut être variable d’une espèce à l’autre. La teneur en fer permet de transporter l’oxygène, stimulant ainsi la production d’énergie et le métabolisme.

Les légumineuses fournissent un apport important des deux types de fibre.

Les fibres hydrosolubles sont efficaces dans la régulation du glucose (glycémie, énergie) et des lipides (cholestérol), les fibres non hydrosolubles (cellulose) favorisent le transit et les éliminations.

Ce n’est pas un hasard si Les légumineuses sont présentes dans tous les « régimes longévité » (Crétois, Okinawa).

 

PREPARATION

Pour éviter les problèmes de flatulences causés par certaines légumineuses (haricots) qui contiennent des oligo-saccharides, difficiles à digérer; la préparation est importante :

 

Le trempage effet bénéfique sur la nutrition

  • Il est préférable de laisser tremper les légumineuses dans l’eau (non minéralisée) pendant une nuit (huit heures), au frais, voire 12 heures pour les haricots, 4 heures pour les lentilles peuvent suffire voire pas de trempage pour les lentilles corail. Le trempage permet de réduire le temps de cuisson et de faciliter la digestion : activer les enzymes, faciliter l’absorption des nutriments et éviter les flatulences.
  • On peut ajouter une cuillère à café de bicarbonate de sodium pour réduire les facteurs antinutritionnels dans l’eau uniquement. L’eau va les faire gonfler et commencer à germer pour les rendre plus digestes.
  • Si vous pouvez attendre et pour réduire encore la cuisson, vous pouvez après le trempage laisser les légumineuses une journée (12 heures) à température ambiance égoutter dans une passoire. A défaut de germination ajouter une pincée de bicarbonate si vous n’en avez pas mis lors du trempage.
  • Rinçage : Jeter l’eau de trempage et rincer-les.

La germination consiste à laisser tremper la graine et à drainer les légumineuses toutes les quatre à huit heures, pendant généralement un à cinq jours. La germination permet de les digérer lorsqu’elles sont sèches : la germination produit une forme prédigérée.

Les légumineuses ont des facteurs «anti-nutriments » présents uniquement dans le légume sec non cuit, ils ont pour rôle de protéger la plante tels que les phytates, le tanin et les phénols, mais aussi limitent l’absorption d’enzymes et de minéraux (fer, zinc…) mais ils disparaissent à la cuisson et aussi à la germination.

Cuisson :

La cuisson se fait dans un minimum d’eau à feu doux dans un minimum d’eau , ou à la vapeur (auto-cuisseur…) selon une durée variable.

On peut ajouter des algues (Wakamé ou Kombu) dans l’eau de cuisson pour diminuer ce temps de cuisson et enrichir le plat en minéraux.

Eviter de saler l’eau de cuisson pour ne pas durcir les légumineuses ni rallonger le temps de cuisson.

Pour éviter les flatulences surtout pour les pois chiches et les haricots, vous pouvez les cuisiner avec des plantes digestives comme la noix de muscade, le cumin, le curcuma…

Elles se digèrent lentement et apportent une sensation de satiété.

 

Association légumineuses et céréales :

La protéine des légumineuses est riche en lysine et pauvre en un acide aminé soufré, la méthionine, (sauf pour le soja) alors qu’à l’inverse la protéine des céréales est riche en méthionine et pauvre en lysine. Leur association apporte une meilleure qualité de protéine pour les végétariens et les végétaliens.

On retrouve cette association dans les cuisines traditionnelles :

pois chiches et semoule de blé (Maghreb), lentilles et riz (Inde), haricots rouges et maïs (Amérique Latine)…

 

Pour conclure :

La consommation régulière de légumineuses à des effets favorables sur la santé et contribue à la prévention de maladies tels que obésité (effet satiété), cancer (dont intestin par action des fibres hydrosolubles, diabète de type 2 (faible indice glycémique), maladies cardio-vasculaires.

Les légumineuses représentent une excellente source de protéines de très bonne qualité, elles apportent des vitamines et minéraux (surtout en BIO), des fibres, à un coût abordable

On peut les consommer chaudes avec des céréales et des légumes, froides en salade, mixées en purée, en soupe, en pâtes à tartiner (houmous).

Elles se conservent plusieurs jours au réfrigérateur;

 

 

Sources :

http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/legumineuses-ouvrage-quae-2015.pdf

http://www.inpes.santé.fr

http://www.mangerbouger.fr

https://pro.anses.fr/TableCIQUAL/

http://www.fao.org

http://www.lanutrition.fr

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.sandrinehatonnaturopathe.com/legumineuses-ou-legumes-sec/

La cure de raisin

raisin

C’est la rentrée, partez du bon pied et éviter les pépins !

LA CURE DE RAISIN

Qu’est ce que c’est ?

Il s’agit de manger du raisin et uniquement du raisin pendant la journée (monodiète). La quantité de raisin dépend de vos besoins.

Cette cure peut durer un jour et se répéter 1 fois par semaine sur plusieurs semaines ou plusieurs jours d’affilé (si possible) voire 2 à 3 semaines si vous avez déjà fait cette expérience.

Je recommande de commencer par 3 jours, c’est le temps nécessaire au corps pour comprendre ce qui arrive et réagir et pour que vous puissiez en observer les bienfaits.

C’est l’occasion de mettre l’organisme au repos (très peu de digestion), l’économie d’énergie est utilisée pour nettoyer le corps puis se revitaliser.

Les bénéfices reconnus

Dès l’antiquité, les vertus du raisin sont connues puis l’académie de médecine la recommandait  car «  très efficace contre diverses maladies : la constipation, certaines diarrhées, les congestions hépatiques, la lithiase biliaire, la goutte, bien des affections de la peau, et en général tous les états d’arthritisme. ». Au XIXe siècle, elle était aussi préconisée contre les infections urinaires, les néphrites, les cystites et les coliques.

On constatera :

  • Une meilleure forme physique (vitalité, dynamisme, bien-être, éclat du teint) et mental (vivacité, clarté)
  • Une amélioration des troubles de santé courants (digestifs, intestinaux, problèmes de peau, fatigue, maux de tête)
  • Une perte de poids même si ce n’est pas l’objectif selon la durée de la cure et le métabolisme de chacun.

Quelle est la composition nutritionnelle du raisin ?

Le raisin est composé d’eau essentiellement et de sucre mais il contient surtout des composés tels que phénols, flavanoides, resvératrol, tanins qui lui confèrent un pouvoir antioxydant. Il est aussi riche en vitamines, minéraux et oligo-élements nécessaires à notre santé.

Quelle contre-indications à la monodiète de raisin ?

Les personnes atteintes d’un diabète insulino dépendant (type 1) : trop de sucres à gérer.

Les femmes enceintes : la détox doit se faire avant la grossesse sur les conseils d’un praticien de santé.

Quand faire la monodiète ?

  • En septembre lorsque le raisin est abondant
  • Lorsque vous êtes disponible pour cette aventure
  • Mangez léger les jours précédents au moins la veille pour une cure de 3 jours (pas de café, thé, chocolat, alcool, pas de viande, attention aux plats trop gras ou trop, sucrés)
  • Vous pouvez  travailler pendant la cure, mais il est souhaitable d’avoir des activités de détente.
  • Vous pouvez par exemple commencer le vendredi et finir le dimanche (3 jours)

Quel raisin choisir ?

La qualité du raisin est importante. Il convient de choisir du raisin frais, BIO, mûr mais pas trop sucré, la peau épaisse de certain type de raisin peut être difficile à manger voire irritante pour les intestins. Il est intéressant de varier les types de raisin pour bénéficier des atouts de chacun. Laver le raisin.

Quelle quantité de raisin manger ?

Vous pouvez manger plusieurs fois par jour, 3, 4 fois ou plus par jour. Vous ajustez la quantité de raisin à vos besoins mais vous constaterez que vos besoins diminueront au fil des jours. On constate une consommation de plus ou moins 1 à 2 kg par jour).

Vous prendrez le temps de manger.

Buvez de l’eau et des tisanes non sucrée dans la journée.

Quelles difficultés pouvez-vous rencontrer ? « crise curative »

La fatigue, c’est pourquoi, la période doit être propice et permettre le repos. La fatigue est une réaction du corps qui se nettoie.

Les maux de tête, nausées, rhume, éruption cutanée, langue chargée sont aussi la manifestation de l’élimination de toxines : buvez alors de l’eau, des tisanes et reposez-vous, allez-vous promener, faites des saunas, massages, hamman, gommages.

Vous pouvez avoir froid car le métabolisme est ralentie : prenez des bains chauds, sortez la bouillote et couvrez-vous.

En cas de constipation : ne mangez plus la peau ni les pépins du raisin.

Si les troubles persistent arrêtez la cure et consultez un praticien de santé.

La reprise alimentaire

Elle est importante pour ne pas perdre les effets de la cure et/ou avoir des maux de ventre, de tête. La reprise alimentaire consiste à reprendre une alimentation « normale » progressivement, elle doit durer environ la moitié de la durée de la cure.

Vous recommencez en mangeant des fruits et des légumes crus et cuits puis des céréales, fromage (blanc ou frais), œufs, poisson, puis la viande le plus tard possible.

 

La Cure de raisin. Santé, détoxication et prévention, de Johanna Brandt, Jouvence éditions, “Pratiques”, 2000

Le petit guide de la cure de raisin, collectif, éditions Terre Vivante

Lien Permanent pour cet article : https://www.sandrinehatonnaturopathe.com/la-cure-de-raisin/

Articles plus anciens «