Archives de la Catégorie : conseils naturopathiques

Cure de sève de bouleau

Le printemps est le moment propice au nettoyage de l’organisme, c’est ce que permet la cure de sève de bouleau dont les propriétés sont :

• la purification de l’organisme dont elle draine toxines et déchets organiques (cholestérol, acide urique) en agissant notamment sur les couples reins/vessie et foie/vésicule biliaire et en limitant les rétentions d’eau et de cellulite.

• une action fortifiante en régénérant l’organisme grâce aux nombreux minéraux et oligo-éléments essentiels dont elle recèle (calcium, magnésium, potassium, sodium, cuivre, fer, manganèse, zinc, silicium, sélénium, lithium …) dont les effets reminéralisants sont favorisés par la présence d’acides aminés (dont 8 essentiels), d’enzymes, de flavonoïdes, d’hormones végétales, et d’antioxydants…

Ses effets : un coup de jeunesse viscérale, peau et cheveux éclatants, assainissement du foie, douleurs articulaires soulagées, troubles urinaires améliorés, système immunitaire renforcé, et d’une manière générale, énergie et vitalité.

Son action sera d’autant plus renforcée si elle est accompagnée d’une cure naturopathique.

Lien Permanent pour cet article : https://www.sandrinehatonnaturopathe.com/cure-de-seve-de-bouleau-2/

Comment prévenir la baisse de moral et la fatigue de l’automne?

Comment prévenir la baisse de vitalité à l’automne?

Au changement de saison, à l’automne lorsque les journées se raccourcissent et que les températures tombent, il n’est pas rare de se sentir fatigué, d’avoir une  baisse de moral ou d’être enrhumé ou grippé.

Notre environnement naturel est fait de rythmes et de cycles : mensuel (28 jours avec la lune), circadien (24h)… Dès l’automne, les rythmes de la nature et nos propre rythmes physiologiques devraient nous pousser à ralentir nos activités mais nous devons faire face aux attentes professionnelles, sociales, familiales et les sollicitations extérieures sont toujours aussi importantes voire plus ; en effet, l’été, paradoxalement, on se repose durant les congés. Ce paradoxe et déséquilibre énergétique expliquent notre état ralenti que nous masquons le plus souvent avec des excitants (café, soda…)

 

A l’automne, la baisse de la luminosité, avec l’amplitude de la nuit qui augmente au détriment du jour, accentué par le changement d’heure, perturbe notre horloge biologique et notre physiologie. Il fait souvent encore nuit lorsque nous partons travailler le matin, et nous rentrons le soir à la nuit tombée, sans parler des horaires postés.

C’est le rayonnement des rayons du soleil UVB qui déclenche la production de la vitamine D par la peau, ce qui explique les déficits de vitamine D très répandus en hiver, nous rendant plus vulnérables aux virus de la grippe et autres infections. La vitamine D est un puissant modulateur de l’immunité freinant l’inflammation et stimulant le système de défense.

La sécrétion d’hormones et neurotransmetteurs varie durant le jour et la nuit.

La lumière (via la rétine) bloque la sécrétion de mélatonine, hormone synthétisée au niveau de la glande pinéale (ou épiphyse), dont la sécrétion est alors activée par l’obscurité et dont le pic de production est atteint pendant la nuit entre 1h et 5h du matin.

La mélatonine a un rythme circadien (de 24h environ) et conséquemment nous sécrétons plus de mélatonine l’hiver puisque les jours sont plus courts. Elle nous permet de synchroniser notre horloge biologique pour nous adapter au rythme des saisons.

La mélatonine est synthétisée à partir de la sérotonine. La lumière, à l’inverse, favorise la sécrétion de la sérotonine qui régule en autre des fonctions vitales comme dormir et manger mais surtout l’humeur. On dit que la sérotonine est un anti dépresseur naturel. Un taux de sérotonine bas est souvent liée à de l’irritabilité, de l’agressivité et à la dépression saisonnière. Pour augmenter cette sérotonine, il conviendrait d’augmenter son précurseur, un acide aminé essentiel, c’est-à-dire que le corps ne le synthétise pas et qu’il doit être apporté par l’alimentation, c’est le tryptophane.

Sérotonine et mélatonine sont indispensables à notre immunité et notre bien-être.

 

Captez la lumière et l’énergie vitale des éléments de la nature

  • Ouvrez les rideaux et/ou volets dès le lever du soleil, faites pénétrer la lumière naturelle.
  • Allez dehors, sortez pour capter et bénéficier de la lumière du soleil même voilé, particulièrement le matin.
  • NB : il est recommandé de ne pas regarder le soleil en face fixement
  • Prenez le temps de respirer l’air frais, regardez, écoutez la nature
  • Pratiquez une activité physique quotidiennement en extérieur comme la marche pendant 30 minutes ; prenez le vélo pour vous déplacer. Montez les escaliers ne modifie pas votre emploi du temps !
  • La pratique d’une activité physique permet d’éliminer les toxines et de libérer des endorphines source de bien-être et permet de lutter contre la déprime.

 

Egayez votre environnement

  • Ecoutez de la musique qui vous met de bonne humeur
  • Portez des vêtements de couleurs qui rappellent les couleurs de l’été et égayent la grisaille hivernale.
  • Fréquentez des personnes positives

 

Reposez-vous et détendez vous

  • Couchez-vous avant minuit ! Dormir est indispensable à notre équilibre car le sommeil régule les fonctions vitales : respiration, circulation, digestion, reproduction, sécrétion et excrétion mais aussi psychiques : mémoire, apprentissage, concentration, humeur… le sommeil aide aussi à soutenir le système immunitaire et une perte de sommeil chronique est un facteur de risque de déficience du système immunitaire.
  • Pratiquez des postures de yoga et/ou des exercices de respiration ou méditez pour réduire le stress.

 

Mangez des aliments pour une bonne humeur et un bon sommeil:

  • Les aliments particulièrement riche en tryptophane sont des aliments protéinés: viande (volaille), foie, poisson (morue), produits laitiers, noix de cajou, amande, banane, avocat, chocolat, graines de courges, levure de bière, persil
  • Les aliments riches ou stimulant la production en mélatonine sont: tomates, olives, céréale, noix, raisin, œufs
  • les poissons gras tels que sardines, maquereaux, anchois, saumon aussi riches en oméga 3 permettent d’éviter les pulsions sucrées. Ces poissons gras sont aussi source de vitamine D moins synthétisée par la peau lorsque les rayons du soleil déclinent.
  • les huiles végétales riches en oméga 3 (3 cuillères à soupe par jour) avec par exemple de l’huile de colza ou de noix.
  • les glucides complexes à index glycémique faible, comme le riz semi-complet, les légumineuses (haricots, lentilles…).
  • Evitez les sucres (gâteaux, bonbons…) qui limitent la capacité du corps à lutter contre le stress et développent anxiété et agressivité.
  • Buvez autant que pendant l’été même si vous ne ressentez pas la soif car le corps a tout autant besoin d’être hydraté d’autant plus que l’air est froid et sec, que les pièces sont surchauffées et abiment alors peau et cheveux.

 

Protégez-vous des infections hivernales en cultivant votre terrain.

Notre système de défense dépend de notre système immunitaire. C’est un système complexe dans lequel notre intestin joue un rôle important.

A noter que l’intestin est également majoritairement le lieu de synthèse de la sérotonine. C’est pourquoi, il est impératif d’avoir un bon microbiote intestinal: une alimentation variée, de saison, vivante, de nature complète, la moins industrielle et encrassante possible vous aidera et sera de nature à maintenir notre énergie vitale.

Des aliments vivants source de vitalité sont par exemple : les légumes lacto-fermentés, les algues marines et d’eau douce (spiruline), les graines germées, la levure de bière, les produits de la ruche (pollen, gelée royale, miel).

Sur des conseils d’un professionnels de la santé, on pourra profiter de l’automne pour faire une cure de probiotiques, de vitamines et minéraux (dont vitamines C et magnésium) et de de vitamine D si besoin.

J’espère que vous profiterez de la beauté de chaque saison avec une bonne hygiène de vie et une alimentation adaptée.

Lien Permanent pour cet article : https://www.sandrinehatonnaturopathe.com/comment-prevenir-la-baisse-de-moral-et-la-fatigue-de-lautomne/

La pratique du sauna

sauna photo

Le sauna pour rééquilibrer le terrain

Le sauna est une pratique vitalogène d’excellence si la vitalité est suffisante et si l’état de la peau le permet. Un praticien de santé peut indiquer dans quelle mesure le sauna est bénéfique.

La peau est notre organe d’élimination privilégiée que nous sollicitons aussi par l’exercice physique et le massage. La peau est le plus grand des organes, sa localisation périphérique et sa haute résistance permettent une élimination centrifuge (de l’intérieur vers l’extérieur) et directe, de plus, la peau (l’épiderme) se reconstruit vite, toutes les 3 à 4 semaines.

La peau a de multiples fonctions, dont la thermorégulation du corps par la sueur. La peau est composée de glandes sébacées, de glandes sudoripares et d’une couche basale qui sont toutes sollicitées pour éliminer les déchets de nature cristalloïdale ou colloïdale. Si chacun a environ 2 millions de glandes sudoripares, leurs activités dépendent  de l’âge, du sexe, du tempérament et de la vitalité. Elles ont besoin d’entrainement pour être efficaces !

Le sauna finlandais traditionnel se pratique dans une cabine au sec et au chaud, la température est d’environ 90°C et l’hygrométrie (taux d’humidité relative) est d’environ 35%. Avec ces paramètres, la sudation est possible et se déclenche plus ou moins rapidement.

C’est la sudation qui permet de maintenir la température du corps à 37°C.

Avec ces conditions de pratique, la température du corps ne s’élève pas parce qu’il y a transpiration. En revanche, si l’air est saturé par excès d’humidité (ce qui est souvent constaté dans des saunas « public »), le corps ne peut pas transpirer et alors le cœur fatigue.

Dans un cadre optimum et contrôlé, le sauna est bon pour la santé en général et la tonicité des vaisseaux sanguins en particulier, en effet, les capillaires en se dilatant réduisent la pression dans les gros vaisseaux. Au sauna, le rythme du cœur est accéléré de 30 à 50% selon l’entrainement, l’accélération du cœur est une réaction normale aux besoins organiques. Le cœur bat plus vite mais moins fort, soulagé par le réseau périphérique cutané.

 Les objectifs du sauna 

  • Le sauna a une fonction de désintoxication de l’organisme, par l’élimination des sels usés et/ou toxiques, urée, acide lactique et autres acides et substances, grâce aux sécrétions des glandes cutanées mais principalement les glandes sudoripares. Cette élimination centrifuge par la peau est la voie royale de la santé.
  • Le sauna a une fonction de revitalisation du système nerveux et glandulaire. Le sauna permet d’obtenir une relaxation profonde, l’énergie circule mieux dans le corps et contribue à l’équilibre psycho-émotionnel. Il procure une sensation de légèreté, de propreté extérieure et intérieure et de mieux-être et il favorise le sommeil.

 Pour une bonne pratique du sauna

 Conditions nécessaires

Le sauna doit présenter une température et une hygrométrie adaptée ainsi qu’une bonne circulation de l’air.

La cabine doit être chaude (90°) et sèche (20 à 40%): c’est pour cela qu’il importe de rentrer sec, de ne pas mettre d’eau sur les pierres. Vous serez le plus souvent dans un environnement naturellement humide (le taux moyen d’humidité à Paris par exemple est de 76%, soit deux fois plus qu’en Finlande, d’où vient le sauna traditionnel).

L’excès d’humidité par évaporation de l’eau ambiante freine la transpiration et augmente la température interne et fatigue ainsi le cœur.

Dès que la sueur ne s’évapore plus et commence à couler, la température du corps s’élève dans la mesure où le corps n’est plus refroidi ; dans ce cas, la chaleur n’est plus supportable et il est nécessaire de sortir.

L’humidité relative est le pourcentage d’humidité (vapeur d’eau), contenu dans l’air par rapport à la quantité maximum que peut contenir cet air avant de se condenser, c’est-à-dire se transformer en gouttelettes d’eau. Plus l’air est chaud, plus il peut absorber de vapeur d’eau sans se condenser alors que plus il est froid, moins il peut en contenir. C’est pourquoi, on supporte difficilement un taux d’humidité élevé et une température élevée, car notre corps a besoin de transpirer pour contrôler sa température et dans le cas du sauna, se refroidir. Lorsque l’air est saturé en humidité le corps ne peut éliminer sa chaleur par l’évaporation de la transpiration et alors des sensations désagréables et d’inconfort apparaissent.

 Le protocole du sauna se déroule en 4 étapes à respecter avant, pendant et après le passage au sauna:

1/ Prendre une douche chaude pour activer la sudation et réchauffer les extrémités des pieds et des mains (si cela est nécessaire selon votre tempérament), puis bien se sécher. Ainsi vous entrez dans la sauna « chaud et sec», prêt à suer.

 2/ Entrer nu avec une serviette ou un peignoir et sans bijou métallique et s’installer dans le sauna, assis, les jambes allongées ou repliées pour faciliter la circulation de retour, en réduisant la différence de température entre la tête et les pieds.

Rester au calme. La position allongée peut être choisie (si la place le permet) au début de la séance durant quelques minutes.

Sortir dès que vous transpirez sur tout le corps, jambes y compris, et ne restez jamais plus de 15 minutes maximum.

Nb : Une sensation de brulure localisée dernière les genoux (creux poplités) ou aux orteils s’expliquent par l’absence de glandes sudoripares à ces endroits.

 3/ Prendre une douche froide rapide puis se bien sécher

La douche froide (la température de l’eau de la douche doit être adaptée à votre vitalité, vous pouvez commencer par les pieds, les jambes, les bras puis le corps) est un stress qui fait réagir les glandes surrénales qui produisent alors de l’adrénaline et il se produit une vasoconstriction des vaisseaux qui chassent le sang au niveau des organes internes, une accélération du cœur et un accroissement de l’activité métabolique. Le corps réagit en produisant de l’énergie qui lui permet de se réchauffer et par voie de conséquence de bruler ses déchets. Cette alternance chaud/froid est revitalisante.

 4/ Se mettre au repos allongé pour répartir la masse liquidienne et bien couvert pour ne pas se refroidir, pour une durée au moins équivalente en temps à celui passé au sauna, voire plus si possible.

Le temps de repos indispensable permet au corps de mobiliser les molécules toxiques.

 Pour une première expérience, deux passages peuvent être suffisants, avec des durées progressives. Demander conseils.

 Faire un sauna nécessite de prendre du temps, son temps, 1h30 à 2h pour vous et votre santé.

Ne pratiquez pas après un repas car l’énergie nécessaire à la digestion sera détournée pour amener le sang à la périphérie pour suer.

 Boire ou ne pas boire de l’eau avant, pendant et après les passages au sauna : il faut choisir selon l’objectif visé avec votre praticien de santé:

–          Si on boit pendant la séance de sauna : l’eau, qui devra être peu minéralisée, s’intègre au sang, elle va être éliminée par la sueur avec les déchets du sang. Dans ce cas, boire beaucoup d’eau permet de mieux nettoyer le sang mais boire n’augmente pas la sudation.

–          Dans le cas où le sang serait déjà très chargé, il est important de boire avant et entre les passages.

–          Boire entre les passages et après la sauna est nécessaire pour les personnes dont la filtration rénale est limitée ou chez les personnes sujettes aux calculs rénaux.

–          Si on ne boit pas : le sang puisera dans la lymphe et le sérum extracellulaire, éliminant ainsi les déchets. Dans le cas ne pas boire permet de nettoyer l’organisme en profondeur mais ce travail est aussi plus fatigant pour le corps.

 La perte hydrique durant la séance globale peut atteindre 700 à 1400g de sueur, soit parfois trois fois plus que le volume évacué par la peau en 24 heures.

Les pertes d’eau doivent toujours être compensées par des apports de sorte à maintenir une homéostasie.

Outre boire de l’eau, Il est conseillé de manger des légumes et fruits crus et cuits le repas suivant le sauna de façon à assurer aussi l’équilibre minéral.

 Qui peut bénéficier du sauna ?

  •  Les personnes qui transpirent sur tout le corps trouveront des bienfaits au sauna.
  • Les personnes au tempérament dit « rétractés » ou neuro-arthritiques, qui « aime le chaud », apprécieront la chaleur du sauna qui favorisent l’élimination par la peau des sels et acides qui se déposent dans les articulations, ligaments, muscles provoquant douleurs et/ou craquements. Les reins sont ainsi soulagés de l’élimination de ses déchets.
  • Les « dilatés »ou sanguins apprécieront l’utilisation de la douche froide qui va les revitaliser en faisant réagir leurs glandes endocrines.
  • Les « stressés »,  trouveront par la chaleur, une détente nerveuse par dérivation d’une partie de la masse sanguine du cerveau.
  • Les femmes ayant des règles douloureuses ou des bouffés de chaleur, qui sont l’expression de surcharges de déchets, trouveront grand bénéfice au sauna.

 Des réactions cutanées  ou des douleurs après la séance peuvent apparaître et sont le témoignage de la mise ne circulation des déchets. Parlez- en avec votre praticien de santé.

 Le sauna est une technique vitaliste, qui se pratique dans le cadre progressif et régulier d’une hygiène de vie ou plus spécifiquement dans le cadre d’une cure de détoxination et/ou de revitalisation.

 Pour être bénéfique sur les plans physique, psychique et énergétique, la pratique du sauna (cabine + refroidissement + repos) doit être individualisée dans sa durée, son intensité et sa fréquence et encadrée pour les personnes s’initiant à cette pratique de santé.

 Soyez à l’écoute de votre corps.

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.sandrinehatonnaturopathe.com/la-pratique-du-sauna-finlandais/

Articles plus anciens «

« Articles plus récents